Aujourd’hui, la ville de New-York a une aura exceptionnelle à travers la planète. Quand on vous parle de cette mégapole américaine, vous êtes sûrement comme moi et vous ne pouvez vous empêcher de rêver. Peu de villes à travers le monde renvoient cette image dans l’esprit des gens.

Et pourtant, il a fallu batailler très dur pour les politiques de l’époque pour arriver à faire briller la ville comme c’est le cas actuellement. Les années 70 sont témoins d’une époque difficile pour cette cité qui ne faisait plus fantasmer.

J’ai décidé de vous parler de cette époque car il y a quelque chose qui me fascine dans les seventies, aux Etats-Unis. Probablement car il s’agit d’une période que je n’ai pas connu.

Mais ce n’est pas la seule raison. Mon grand-père n’y est sûrement pas pour rien dans cette histoire. Papi Gaston était passionné par l’Amérique (ça vous le savez déjà). Mais il l’était tout autant par le cinéma américain. Ses acteurs préférés n’était autre que Clint Eastwood, Marlon Brando, StalloneRobert de Niro. Il me parlait tellement de ses héros que je les affectionnaient tendrement sans même avoir vu la moindre de leurs productions.

Jusqu’à ce que je me décide à y jeter un œil. La magie a opéré tout de suite, comme pour lui en son temps.

De l’inspecteur Harry à Doux dur et dingue en passant par Rocky, Taxi driver et l’évadé d’alcatraz, je fus conquis par le genre cinématographique et cette époque si différente de la mienne.

Et depuis, ces années là représente pour moi un certain idéal, tout autant que les années 80 et 90 qu’il me fit découvrir au travers de ses films préférés.

Assez parlé de moi. New-York a sombré à cette époque dans un certain chaos. Le taux de criminalité y était l’un des plus élevé au monde. On dénombrait pas moins de 250 crimes et délits par semaine. En cause ? Des dépenses sociales élevées qui conduisirent la ville au bord de la faillite en 1975. La désindustrialisation, le déclin démographique et le premier choc pétrolier n’arrangèrent pas la situation malgré que la construction du World Trade Center en 1973 donna l’image d’une Amérique puissante.

La ville de New-York évita de justesse la faillite générale grâce à un prêt fédéral et au rebond de Wall Street. A partir des années 80 et 90, les politiques ont travaillés d’arrache-pied pour inverser la tendance et faire de New-York ce qu’elle est aujourd’hui. Depuis, le taux de criminalité y a été divisé par huit et le taux d’homicide est descendu à 3,3 pour cent mille habitants, du jamais vu depuis les années cinquante !!

Je vous laisse profiter des photographies d’époques qui suivent et qui témoignent de la pauvreté de New-York à cette époque.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s